La Retirada

Un peu d'histoire...

La Retirada, du mot « retraite (des troupes) » en espagnol et catalan, est l'exode des réfugiés espagnols de la guerre civile. À partir de février 1939, ce sont plus de 450 000 républicains qui franchissent la frontière franco-espagnole à la suite de la chute de la Seconde République espagnole et de la victoire du général Franco.

Les autorités françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars, ce sont 264 000 Espagnols qui se serrent dans les camps des Pyrénées-Orientales quand la population départementale s’élève à moins de 240 000 personnes.

 

Le camp d'Argelès

La France est complètement débordée par ce drame humanitaire. Elle désarme, trie, tente d’appréhender les problèmes sanitaires, au cœur d'un hiver particulièrement rude. L’essentiel étant de garder la main sur les réfugiés, des régiments d’infanterie et de cavalerie sont mobilisés.

Un camp est installé en catastrophe sur la plage, les réfugiés construisant eux-mêmes leurs baraquements.  En avril 1939, 43 000 personnes sont internés à Argelès.

L'entrée en guerre de la France, en septembre 1939, accentue la répression envers les exilés dont certains sont déportés vers les camps d'extermination nazis. Le statut de réfugié politique ne leur est accordé que le 15 mars 1945.

 

La Maternité Suisse d'Elne

Dans la petite ville de Elne, à 10 Km d'Argelès, il existe un château appelé "Château d'en Bardou" dont on a récemment découvert qu'il avait servi en 1939 et 1944 de maternité pour des républicaines espagnoles internées dans les camps du Roussillon, ainsi que pour des juives ou des tziganes, persécutées pendant la seconde guerre mondiale.

C'est ainsi que la jeune Elisabeth Eidenbenz, qui avait pris la direction de la Maternité dans le cadre de l'aide humanitaire suisse, a permis de mettre au monde et de sauver plus de 600 enfants de près de 20 nationalités.
 
FFREEE
Une association s'est créée à Argelès (au château de Valmy) : Fils et Filles de Républicains Espagnols et Enfants de l'Exode.
 
Le Mémorial de Rivesaltes

Le mémorial entre Rivesaltes et Salses-le-Château, à une trentaine de Km d'Argelès, à ouvert ses portes en octobre 2015.
Témoin des années noires du XXe siècle - guerre d’Espagne, Seconde Guerre mondiale, guerre d’Algérie - le camp de Rivesaltes occupe une place singulière et majeure dans l’Histoire de France. Camp militaire, camp de transit pour les réfugiés espagnols, principal camp d’internement du Sud de la France en 1941 et 1942, camp d’internement pour prisonniers de guerre allemands et collaborateurs, principal lieu d’hébergement des Harkis et de leur famille... son histoire est unique.
Ce bâtiment de 4000 m2 est un lieu de mémoire incontournable.
 
DOCUMENT AUDIO FRANCE CULTURE -DU 28 JANVIER 2017
En 1939, ce seront près de 500 000 personnes fuyant les franquistes qui rejoindront la France en quinze jours, où elles seront d'abord entassées dans des camps à même la terre, le sable, la neige. Soixante-quinze ans plus tard, que reste-t-il de la "Retirada", et que faire de cette mémoire ?

 

 




La maternité suisse d'Elne
La maternité suisse d'Elne
Le mémorial de Rivesaltes
Le mémorial de Rivesaltes